Aujourd’hui, le yoga est souvent présenté comme une pratique effectuée lors de classes ou séances proposant un enchaînement de postures précises qu’on appelle ‘asana’.

Vous avez tous dû entendre un jour ou l’autre le nom d’une d’entre elles comme la posture de l’arbre (Vrikshasana), la posture sur la tête (Sirshasana), la posture du lotus (Padmasana)…

Ces asanas s’inspirent de la nature et de ses différents règnes : minéral, végétal, animal, humain et divin. Ils sont donc innombrables mais on pourra les classer en familles afin de s’y retrouver :

  • Postures debout (ex : posture de la montagne, Tadasana)
  • Postures assises (ex : posture du baton, Dandasana)
  • Postures de flexion (ex : posture de la pince, Pashimotanasana)
  • Postures d’extension (ex : posture du poisson, Matsyasana)
  • Postures de torsion (ex : posture du sage Marichy, Maricyasana)
  • Postures d’inversion (ex : posture de la chandelle, Sarvangasana)
  • Postures d’équilibre (ex : posture de l’aigle, Garudasana)
  • Postures de récupération (ex : posture du cadavre, Savasana)

Une séance de yoga type offrira un choix de postures de chacun de ses grands groupes ou bien traitera l’un en particulier. En effet, chaque asana possède ses bénéfices propres tant sur le plan physique, que sur le plan mental et subtil… Et c’est toute une science que de les harmoniser les uns après les autres pour créer un cycle de pause/contre-pause vertueux!

Par exemple, les postures de flexion avant ont pour effet de calmer l’organisme et le mental tandis que les postures d’extensions donnent un regain d’énergie.

Aussi variés que sont les asanas, il reste un point commun qui les unit tous et qui réside dans l’essence même de ce terme sanskrit. Asana est littéralement ‘le fait de s’asseoir ou la manière d’être assis’.

Comprenez bien ! Une posture de yoga n’est pas une acrobatie furtive, elle implique du physique au mental :

  • une stabilité durable,
  • une immobilité tranquille,
  • un effort confortable,

et ce, favorisant une respiration lente et profonde.

Dans les Yoga-Sutras de Patanjali, l’asana fait parti d’un des huit membres du yoga ayant comme but ‘samadhi’ ou état de libération. Dans la deuxième section de cet ouvrage fondateur, au verset 46, il décrit l’asana comme ‘être fermement établi dans un espace heureux’.

Lorsque le corps est déposé, lorsque l’on arrête de s’identifier à nos pensées, quelques choses de plus grand arrive. L’asana devient une porte d’entrée à l’énergie infinie qui nous anime, nous transcende et nous mène vers cette béatitude tant recherché.

Cette expérience sera peut être facilitée au départ dans un contexte de cours de yoga mais il ne tient qu’à vous de la rendre possible en tous temps et tous lieux. Yogi Babacar Khane l’explique parfaitement ici :

« Les éléments extérieurs comptent peu. Le vrai temple est intérieur, la vraie posture est la posture intérieure. Le yogi reste yogi, qu’il soit assis sur une chaise ou qu’il soit assis en lotus ou en diamant. »